Les lauréats du prix / The winners of the prize

2e lauréate (2018) : Sasja van der Vaart-Verschoof
2nd prize winner (2018) : Sasja van der Vaart-Verschoof

Sasja van der Vaart-Verschoof a été retenue parmi 36 candidats de dix nationalités différentes. Le jury a argumenté son choix de la façon suivante :

« La thèse de Sasja van der Vaart-Verschoof, soutenue en 2017 à l’Universiteit Leiden aux Pays-Bas et déjà publiée, renouvelle l’étude des débuts de l’âge du Fer (IXe – VIIe siècles avant notre ère) en proposant une analyse originale des rituels funéraires de l’élite qui apparaît à cette période sur une vaste portion du territoire européen (le domaine dit « hallstattien » et ses marges). Menée dans une perspective résolument européenne, cette recherche montre que l’émergence de l’élite s’appuie sur des relations régulières à l’échelle inter-régionale. Avec le soutien du prix, Sasja van der Vaart-Verschoof se propose d’élargir son enquête dans une approche pluridisciplinaire afin de préciser la nature des liens entre les membres de cette aristocratie qui imprime une vitalité nouvelle aux régions concernées en orientant durablement leur développement socio-économique. »

Sasja van der Vaart-Verschhoof was selected from 36 candidates of ten different nationalities. The jury explains its choice as follows:

“Sasja van der Vaart-Verschoof’s thesis, defended in 2017 at the University of Leiden in the Netherlands and already published, renews the study of the early Iron Age (9th-7th centuries BC) by proposing an original analysis of the funeral rituals of the elite that appeared during this period over a large portion of European territory (the so-called ‘Hallstattian’ area and its margins). Conducted in a resolutely European perspective, this research shows that the emergence of the elite was based on regular relations on an inter-regional scale. With the support of the prize, Sasja van der Vaart-Verschoof proposes to broaden her investigation in a multidisciplinary approach in order to clarify the nature of the links between the members of this aristocracy, which imparts a new vitality to the regions concerned by orienting their socio-economic development in a sustainable manner. »

Le jury a également attribué une mention spéciale à deux autres candidates :

  • Gadea Cabanillas de la Torre
    (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Universitad Autónoma de Madrid),
  • Joëlle Rolland (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Le jury note à leur propos :

« L’originalité, la recherche doctorale de Joëlle Rolland, préparée à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, renouvelle notre compréhension des parures en verre caractéristiques du second âge du Fer (IIIe – Ier siècles avant notre ère) dans le domaine celtique.

En appréhendant à l’échelle européenne les céramiques à décor estampé qui s’épanouissent au Ve siècle avant notre ère en Europe centrale et occidentale, la recherche doctorale de Gadea Cabanillas de la Torre, préparée à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’Universitad Autónoma de Madrid, propose une nouvelle grille d’analyse particulièrement convaincante de l’expression artistique des sociétés protohistoriques.”

The jury also awarded a special mention to two other candidates:

  • Gadea Cabanillas de la Torre
    (University Paris 1 Panthéon-Sorbonne and the Universitad Autónoma de Madrid),
  • Joëlle Rolland (University Paris 1 Panthéon-Sorbonne). 

The jury notes about them: 

“The originality of Joëlle Rolland’s doctoral research, prepared at the University Paris 1 Panthéon-Sorbonne, is to renew our understanding of the glass ornaments characteristic of the second Iron Age (3rd – 1st centuries BC) in the Celtic field.
By apprehending on a European scale the ceramics with stamped decoration that flourished in Central and Western Europe in the 5th century BC, the doctoral research of Gadea Cabanillas de la Torre, prepared at the University Paris 1 Panthéon-Sorbonne and at the Universitad Autónoma de Madrid, proposes a new and particularly convincing grid of analysis of the artistic expression of protohistoric societies.”

Sasja van der Vaart-Verschoof a soutenu en décembre 2017 à l’université de Leyde sa thèse de doctorat sur les tombes de l’élite du premier âge du Fer aux Pays-Bas. La dotation du prix Joseph-Déchelette lui a permis de poursuivre ses recherches sur le sujet, en particulier sur la tombe « princière » de Frankfurt-Stadtwald (au musée archéologique de Francfort).

« Pendant mes dernières années du lycée, j’ai beaucoup oscillé entre différents domaines. J’ai envisagé de devenir vétérinaire, d’étudier la biologie et même la médecine. Mais j’ai toujours eu cette envie de me lancer dans l’archéologie. Au début, j’ai essayé d’ignorer ce désir parce que tout le monde me disait que je devrais étudier quelque chose avec de meilleures perspectives de carrière. Puis Newgrange et Knowth sont arrivés et ont décidé pour moi. J’y suis allé pour la première fois en 2006, lors de vacances familiales en Irlande. Je n’étais pas une adolescente particulièrement agréable et, au début, je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de visiter quelque chose que j’avais du mal à imaginer. Mais je suis si heureuse que mes parents m’y aient traîné ! Newgrange et Knowth sont de gigantesques tombes mégalithiques, construites il y a plus de 5000 ans dans la vallée de la Boyne en Irlande, et elles sont impressionnantes. J’ai été absolument captivée par la façon dont les gens les avaient construites, par les motivations pour lesquelles ils l’avaient fait, et pour lesquelles ils les avaient recouvertes de magnifiques sculptures. J’étais accro. Ayant enfin pris ma décision, je suis parti à Leyde à l’automne 2006 pour commencer mes études. Leyde est la seule faculté d’archéologie au monde et offre un large éventail de spécialités, c’est ce qui m’a incité à y étudier ».

Sasja van der Vaart-Verschoof completed in December 2017 at the university of Leiden her PhD on the Early Iron Age elite burials of the Low Countries. The prize money of the Joseph Déchelette European Archaeology Prize allowed her to fund new research. Her current research project revolves around the exceptionally rich Fürstengrab of Frankfurt-Stadtwald.

“Ironically, she says, I actually am not one of those people who dreamed of becoming an archaeologist since childhood. As a kid, I certainly had an interest in it and loved watching documentaries, but I honestly didn’t have a clue when it came time to pick something to study. In the Netherlands, you have to pick your specialization when you start college (Liberal Arts Degrees are not really a thing here), so I had to make up my mind before I registered. Personally, I found it very difficult to decide what I wanted to do with my life at 18 years old. During the last few years of high school, I oscillated a lot between different fields. I considered becoming a veterinarian, studying biology and even medicine. But always there was also this tug in my heart to go for archaeology. I tried to ignore this desire initially because everyone told me that I should study something with better job prospects. Then Newgrange & Knowth happened and decided it for me. My first visit there was in 2006 during a family vacation to Ireland. I was not a particularly pleasant teenager, and initially was not all that excited about visiting something which I struggled to imagine. But I am so glad my parents dragged my grumpy teenage ass there! Newgrange and Knowth are gigantic megalithic tombs, built over 5000 years ago in the Boyne valley in Ireland, and they are glorious. I was absolutely captivated by how people had built them, why they had done so, and why they had covered them in beautiful carvings. I was hooked. Having finally made up my mind, I headed to Leiden in the fall of 2006 to start my studies. Leiden is the only Faculty of Archaeology in the world and offered a broad range of specialisms, which is what attracted me to studying there.”

Sasja van der Vaart-Verschoof est conservatrice au musée national des Antiquités de Leyde : www.vanderVaart-Verschoof.com

Sasja van der Vaart-Verschoof is assistant-curator at the National Museum of Antiquities in Leiden (NL) : www.vanderVaart-Verschoof.com

Sasja van der Vaart-Verschoof est une jeune universitaire néerlando-américaine âgée de 31 ans qui a récemment obtenu son doctorat à la Faculté d’archéologie de l’Université de Leyde, avec un mémoire sur les sépultures de l’élite du début de l’âge du fer des Pays-Bas (cliché : Bibracte/A.Maillier 2018).

1er lauréat (2016) : Eneko Hiriart
1st prize winner (2016): Eneko Hiriart

Eneko Hiriart a été retenu parmi 27 candidats de hui nationalités différentes. Au-delà de la qualité de la thèse du lauréat, le jury a retenu :

« le caractère ambitieux et réaliste de son projet de recherche, qui renouvelle la compréhension de l’émergence de la monnaie dans l’Europe protohistorique, dans une approche archéologique systémique qui dépasse largement l’approche numismatique traditionnelle et contribue à nourrir les réflexions actuellement en cours sur les premières formes urbaines dans le monde celtique. »

Dès son enfance, Eneko voyage dans l’espace et le temps sur les pages de l’Illiade et l’Odyssée, se passionne pour l’Histoire de l’Antiquité, la Mésopotamie, l’Égypte et la numismatique. Adolescent, il participe à des sorties culturelles grâce à des associations locales :

« je visitais des sites patrimoniaux, des châteaux, des églises. À Rome, lors d’un voyage, je suis fasciné par la basilique Saint-Clément dont les vestiges m’invitent à la découverte de quinze siècles d’histoire ».

Aussi, Eneko passe une licence d’Histoire à l’université du Pays basque (Espagne) et un master en Archéologie à l’université Bordeaux-Montaigne (UBM). Il participe à de nombreuses fouilles archéologiques, dans des grottes du paléolithique, des sites de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer. Bénéficiant d’un contrat doctoral et de plusieurs bourses, il effectue un doctorat à l’UBM, sous la direction de Francis Tassaux et Katherine Gruel, et passe sa thèse brillamment avec félicitations du Jury. Cours, séminaires, conférences, publications jalonnent son parcours.

« Ma thèse sur « les pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (Ve-Ier s. av. J.-C.) » cherche à comprendre comment l’arrivée de la monnaie révolutionne progressivement l’économie et la société. Mes recherches s’insèrent dans la continuité de celles initiées par Joseph Déchelette qui a été le premier à comparer des sites protohistoriques à l’échelle européenne. En accord avec cet héritage scientifique, mon attention se centre sur une approche du monde celtique dans son ensemble ».

Eneko Hiriart was selected from 27 candidates of different nationalities. Beyond the quality of the winner’s thesis, the jury selected

“the ambitious and realistic nature of his research project, which renews the understanding of the emergence of coinage in protohistoric Europe, in a systemic archaeological approach that goes far beyond the traditional numismatic approach and contributes to the current reflections on the first urban forms in the Celtic world.”

Since his childhood, Eneko has travelled through space and time on the pages of the Illiad and the Odyssey, and has been fascinated by the History of Antiquity, Mesopotamia, Egypt and numismatics. As a teenager, he took part in cultural outings thanks to local associations:

“I visited heritage sites, castles and churches. In Rome, during a trip, I was fascinated by the Basilica of Saint Clement, whose remains invited me to discover fifteen centuries of history.”

Eneko studied for a degree in History at the University of the Basque Country (Spain) and a Master’s in Archaeology at the University of Bordeaux-Montaigne (UBM). He took part in numerous archaeological excavations in Paleolithic caves, Bronze Age and Iron Age sites. Benefiting from a doctoral contract and several scholarships, he completed a doctoral thesis at the UBM, under the supervision of Francis Tassaux and Katherine Gruel, and passed his thesis brilliantly with the congratulations of the Jury. Courses, seminars, conferences and publications mark out his career.

“My thesis on « Economic and monetary practices between the Ebro and the Charente (5th century BC) » seeks to understand how the arrival of money gradually revolutionizes the economy and society. My research is a continuation of that initiated by Joseph Déchelette, who was the first to compare protohistoric sites on a European scale. In accordance with this scientific heritage, my attention is focused on an approach to the Celtic world as a whole.”

Eneko Hiriart est chargé de recherches au CNRS, membre du laboratoire IRAMAT (Bordeaux) : https://cnrs.academia.edu/EnekoHiriart

Eneko Hiriart is a research fellow at the CNRS, member of the IRAMAT laboratory (Bordeaux, FR) : https://cnrs.academia.edu/EnekoHiriart 

L’archéologue Eneko Hiriart, lauréat du premier prix européen d’archéologie Joseph Déchelette, qui lui a été remis le 17 juin 2016 dans les murs de la bibliothèque du savant disparu en 1914, attenante au musée Joseph Déchelette, à Roanne (Loire). (cliché Antoine Maillier, ©Bibracte 2016)

L’archéologue Eneko Hiriart, lauréat du premier prix européen d’archéologie Joseph Déchelette, qui lui a été remis le 17 juin 2016 dans les murs de la bibliothèque du savant disparu en 1914, attenante au musée Joseph Déchelette, à Roanne (Loire).
(cliché Antoine Maillier, ©Bibracte 2016)