Proclamation du 3ème Prix européen d’Archéologie Joseph-Déchelette dans le cadre des Journées européennes de l’Archéologie 19 juin 2020

Mis en avant

Proclamation
of the 
3rd Joseph Déchelette European Archaeology Prize within the framework of the European Archaeology Days 

June 19, 2020

La lauréate du 3ème Prix européen d’Archéologie Joseph-Déchelette
est Marilou NORDEZ, docteur de l’université Toulouse Jean-Jaurès.

La lauréate a été choisie pour la qualité de sa thèse de doctorat en archéologie, consacrée à « L’âge du Bronze moyen atlantique au prisme de la parure : Recherches sur les ornements corporels de France et des régions voisines (XVe-XIVe s. av. notre ère) », thèse aussitôt publiée, en raison de son intérêt, dans les Mémoires de la Société préhistorique française. Elle se voit gratifiée d’un chèque de 10 000 €.

The winner of the 3rd Joseph-Déchelette European Archaeology Prize is
Marilou NORDEZ, doctor from the University of Toulouse Jean-Jaurès.

The winner was chosen for the quality of her doctoral thesis in archaeology, devoted to « The Middle Atlantic Bronze Age through the prism of ornament: Research on body ornaments in France and neighbouring regions (15th-14th c. BC) », a thesis that was immediately published, because of its interest, in the Memoirs of the French Prehistoric Society. She was awarded a cheque for €10,000.

  • L’intitulé du prix fait référence à Joseph Déchelette, savant né à Roanne (Loire) en 1862, disparu prématurément sur le front de la Grande Guerre en 1914 à Vingré (Aisne). Joseph Déchelette fut l’un des fondateurs de l’archéologie européenne.
  • The title of the prize refers to Joseph Déchelette, a scientist born in Roanne (Loire, F) in 1862, who died prematurely on the front line of the Great War in 1914 at Vingré (Aisne). Joseph Déchelette was one of the founders of European archaeology.

  • Le prix vise à mettre en avant les travaux d’un(e) jeune archéologue, en lui apportant son concours, à un moment critique de la carrière de tout chercheur, celui qui suit la soutenance de sa thèse de doctorat. À l’issue d’un appel à candidatures mené de novembre 2019 à février 2020, un jury scientifique international s’est réuni le 5 mai pour départager la lauréate parmi 10 candidats européens.
  • The aim of the prize is to highlight the work of a young archaeologist, by supporting him or her at a critical moment in the career of any researcher, the one following the defence of his or her doctoral thesis. Following a call for applications from November 2019 to February 2020, an international scientific jury met on 5 May to decide on the winner from among 10 European candidates.

Le jury a argumenté son choix de la façon suivante :

«  Marilou Nordez a soutenu brillamment une thèse de doctorat en 2017 à l’université de Toulouse Jean-Jaurès sur L’âge du Bronze moyen atlantique au prisme de la parure : Recherches sur les ornements corporels de France et des régions voisines (XVe-XIVe s. av. notre ère), thèse qui a déjà fait l’objet d’une publication monographique. Elle occupe actuellement un poste de chercheur post-doctoral au sein du programme de recherche Celtic Gold cofinancé par les agences nationales de la recherche française et allemande, ce qui lui permet d’ouvrir son champ de compétence à l’âge du Fer.

Marilou Nordez a développé une méthode intégrée d’étude des bijoux. Elle s’appuie sur une approche « typo-chronologique » classique, qu’elle complète de façon originale par des analyses archéométriques, pour préciser la composition du métal, et technologiques, pour restituer les chaînes de fabrication. Ces données lui permettent d’interroger le concept d’« âge du Bronze moyen atlantique », de restituer des processus techniques jusqu’alors non identifiés à une époque aussi ancienne et de préciser les transferts de matières premières, d’objets et de techniques à l’échelle du Nord-Ouest européen. La dotation du prix lui permettra d’élargir le champ chronologique de son enquête sur les parures de la façade atlantique de l’Europe à l’ensemble de la protohistoire (IIe et Ier millénaires avant notre ère).

Le jury note également avec satisfaction que Marilou Nordez est très impliquée dans les réseaux de recherche, en particulier au sein de l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze. »

The jury’s reasoning was as follows:

« Marilou Nordez brilliantly defended a doctoral thesis in 2017 at the University of Toulouse Jean-Jaurès on The Middle Atlantic Bronze Age through the prism of jewelry: Research on body ornaments in France and neighbouring regions (15th-14th c. B.C.), a thesis which has already been the subject of a monographic publication. She currently holds a postdoctoral research position within the Celtic Gold research programme co-financed by the French and German national research agencies, which allows her to open her field of expertise to the Iron Age.

Marilou Nordez has developed an integrated method for the study of jewellery. It is based on a classic « typo-chronological » approach, which she complements in an original way with archaeometric analyses, to specify the composition of the metal, and technological analyses, to reconstruct the manufacturing chains. These data enable it to question the concept of the « Middle Atlantic Bronze Age », to reconstruct technical processes hitherto unidentified in such an ancient period and to specify the transfers of raw materials, objects and techniques on the scale of North-Western Europe. The prize will enable her to broaden the chronological scope of her investigation of the jewellery of Europe’s Atlantic seaboard to cover the whole of protohistory (2nd and 1st millennia BC).

The jury also notes with satisfaction that Marilou Nordez is very involved in research networks, in particular within the French Association for the Promotion of Bronze Age Research. « 

Outre la lauréate, le jury a gratifié deux autres jeunes chercheurs d’une mention spéciale pour la valeur de leur recherche doctorale. À savoir :

In addition to the winner, the jury awarded two other young researchers a special mention for the value of their doctoral research. They are:

– Andrew Lamb, qui a conduit à l’université de Leicester une brillante recherche doctorale consacrée aux rites funéraires dans le sud de la Grande-Bretagne à l’âge du Fer récent (Ve s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C.). Le jury a vivement apprécié sa capacité à renouveler les connaissances sur un dossier archéologique bien connu des spécialistes mais considérablement réactualisé ces dernières années, en replaçant son étude dans une perspective résolument européenne.

Andrew Lamb, who conducted brilliant doctoral research at the University of Leicester on funeral rites in southern Britain in the late Iron Age (5th century BC – 1st century AD). The jury highly appreciated his ability to renew knowledge on an archaeological dossier well known to specialists but considerably updated in recent years, by placing his study in a resolutely European perspective.

– Guillaume Reich, qui, dans le cadre d’une recherche doctorale menée en cotutelle aux universités de Neuchâtel et Strasbourg, a développé une approche nouvelle et originale de l’armement protohistorique en l’étudiant sous l’angle de la tracéologie, c’est à dire des traces qui témoignent de leur usage ancien, sans faire l’économie d’expérimentations en vraie grandeur pour comprendre comment les armes enregistrent les coups qu’elles ont reçus ou donnés au combat. Après s’être intéressé à la collection prestigieuse du site de La Tène (CH), apportant des arguments en faveur de son interprétation comme un trophée, il s’engage dans l’étude d’autres séries fameuses d’armes de l’âge du Fer européen.

Guillaume Reich, who, in the context of doctoral research conducted in co-supervision at the Universities of Neuchâtel and Strasbourg, developed a new and original approach to protohistoric weaponry by studying it from the angle of traceology, i.e. traces that bear witness to their ancient use, without avoiding full-scale experiments to understand how weapons record the blows they received or gave in battle. After taking an interest in the prestigious collection from the La Tène site (CH), providing arguments in favour of interpreting it as a trophy, he embarks on the study of other famous series of weapons from the European Iron Age.

La lauréate 2020 du prix européen d’Archéologie Joseph-Déchelette Marilou NORDEZ, docteur de l’université Toulouse Jean-Jaurès

The 2020 winner of the Joseph Déchelette European Archaeology Prize Marilou NORDEZ, Doctor of the University Toulouse Jean-Jaurès (F)

Marilou Nordez est une jeune chercheuse âgée de 31 ans qui obtenu son doctorat à l’université de Toulouse Jean-Jaurès en 2017, avec un mémoire consacré à l’âge du Bronze moyen atlantique, qu’elle a étudié à travers le prisme des objets de parure. Sa période de prédilection date donc d’il y a environ trente-cinq siècles. Son lieu de naissance, sur les rives de l’estuaire de la Loire, prédestinait l’archéologue qu’elle allait devenir à s’intéresser à « l’âge du Bronze atlantique », défini par différents chercheurs européens du milieu du XXe siècle sur le constat de la grande similitude des armes et des parures de la façade atlantique du continent, de la péninsule Ibérique aux îles Britanniques, durant le seconde moitié du IIemillénaire avant notre ère. Ces points communs sont expliqués par l’efficacité des réseaux de communication par voie maritime, qui s’avèrent avoir été aussi intenses que ceux que l’on connaît mieux dans l’espace méditerranéen. C’est donc une très ancienne communauté de l’Europe du Nord-Ouest qui émerge progressivement grâce à l’archéologie. La recherche doctorale de Marilou nordez, menée dans une perspective résolument européenne, apporte une contribution majeure à la connaissance d’une étape ancienne de cet âge du Bronze atlantique. Pour cela, elle a développé une approche « intégrée » des parures en bronze de la période, en ce sens qu’elle a mobilisé différentes approches : typologique (classement des formes et des décors), archéométrique (analyse de la composition du métal), technique (compréhension des processus de fabrication, par l’expérimentation) et contextuelle (étude des lieux de découverte). On retiendra en particulier la collaboration qu’elle a nouée avec des artisans bronziers, MM. Jean-René Châtillon et Patrice Lamouille, tous deux installés à la pointe de la Bretagne, pour comprendre les techniques de fabrication des bracelets et anneaux de cheville et se rendre compte que le procédé utilisé était celui de la cire perdue, qui n’avait encore jamais été identifié à date aussi haute en Europe occidentale. Rappelons que ce procédé consiste à fabriquer un modèle de l’objet en cire d’abeille, décoration comprise, puis à enrober ce modèle dans une matrice de terre qui, une fois cuite, servira de moule pour y couler le métal en fusion.

La recherche doctorale de Marilou Nordez est d’autant plus méritoire qu’elle s’est faite sans allocation de recherche, ce qui l’a obligée à partager son temps entre ses études, l’enseignement universitaire et des missions pour des opérateurs archéologiques, sans compter son engagement associatif fort auprès de l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze (APRAB). C’est aussi le fruit d’un travail d‘équipe. Sa passion pour l’âge du Bronze s’est affirmée durant ses années de licence à l’université de Nantes, auprès de Sylvie Boulud-Gazo (Maître de conférences, laboratoire CReAAH) qui l’a accompagnée jusqu’à son doctorat. Son sujet de recherche s’est précisé durant son master préparé à l’université de Rennes 2 puis à celle de Rennes 1, avec le soutien de José Gomez de Soto (CNRS, laboratoire CreAAH) et Pierre-Yves Milcent (Maître de conférences à l’université de Toulouse Jean-Jaurès, laboratoire TRACES). C’est enfin à Toulouse, au sein de TRACES, qu’elle a préparé sa thèse, sous la co-direction de Pierre-Yves Milcent et de Barbara Armbruster (CNRS – TRACES).

Depuis sa soutenance, Marilou Nordez est une des chevilles ouvrières du projet de recherche Celtic Gold, cofinancé par les agences de la recherche allemande et française et qui s’intéresse à l’utilisation et à la circulation du métal précieux dans l’Europe du Nord-Ouest, mais à l’âge du Fer cette fois.

Depuis ses premières années d’études supérieures, Marilou Nordez progresse donc sur une trajectoire qui l’amène à être devenue une des meilleures expertes des réseaux d’échanges protohistoriques dans l’extrême ouest de l’Ancien Monde. Souhaitons-lui de pouvoir poursuivre dans cette voie, qui s’inscrit parfaitement dans la lignée des travaux de Joseph Déchelette. Pour l’heure, elle compte utiliser prioritairement la dotation et les invitations qui lui ont été proposées par différentes institutions partenaires du prix pour parfaire sa documentation relative aux parures protohistoriques de la façade atlantique.

Marilou Nordez is a young 31-year-old researcher who obtained her PhD at the University of Toulouse Jean-Jaurès in 2017, with a thesis devoted to the Middle Atlantic Bronze Age, which she studied through the prism of ornamental objects. Her period of predilection thus dates back to about thirty-five centuries ago. Her place of birth, on the banks of the Loire estuary, predestined the archaeologist she was to become to be interested in the « Atlantic Bronze Age », defined by various European researchers in the mid-20th century on the observation of the great similarity of arms and ornaments on the Atlantic coast of the continent, from the Iberian Peninsula to the British Isles, during the second half of the second millennium BC. These similarities are explained by the efficiency of the communication networks by sea, which have proved to be as intense as those best known in the Mediterranean area. It is therefore a very ancient community in North-Western Europe that is gradually emerging thanks to archaeology. The doctoral research of Marilou Nordez, carried out in a resolutely European perspective, makes a major contribution to the knowledge of an ancient stage of this Atlantic Bronze Age. To do this, she has developed an « integrated » approach to the bronze ornaments of the period, in the sense that she has mobilised different approaches: typological (classification of forms and decorations), archaeometric (analysis of the composition of the metal), technical (understanding of the manufacturing processes, through experimentation) and contextual (study of places of discovery). Of particular note is the collaboration she has established with bronze craftsmen, Mr Jean-René Châtillon and Mr Patrice Lamouille, both based at the tip of Brittany, to understand the techniques used in the manufacture of bracelets and anklets and to realise that the process used was that of lost wax, which had never before been identified at such an early date in Western Europe. This process consists of making a model of the object in beeswax, including the decoration, and then embedding this model in a clay matrix which, once baked, will serve as a mould for casting the molten metal.

Marilou Nordez’s doctoral research is all the more meritorious in that it was carried out without a research grant, which obliged her to divide her time between her studies, university teaching and missions for archaeological operators, not to mention her strong associative commitment to the Association for the Promotion of Bronze Age Research (APRAB). It is also the fruit of teamwork. Her passion for the Bronze Age was affirmed during her undergraduate years at the University of Nantes, with Sylvie Boulud-Gazo (Lecturer, CReAAH laboratory) who accompanied her until her PhD. Her research subject became clearer during her master’s degree at the University of Rennes 2 and then at the University of Rennes 1, with the support of José Gomez de Soto (CNRS, CreAAH laboratory) and Pierre-Yves Milcent (Lecturer at the University of Toulouse Jean-Jaurès, TRACES laboratory). Finally, it is in Toulouse, within the laboratory TRACES, that she prepared her thesis, under the co-direction of Pierre-Yves Milcent and Barbara Armbruster (CNRS).

Since her defence, Marilou Nordez has been one of the driving forces behind the Celtic Gold research project, co-financed by the German and French research agencies, which is interested in the use and circulation of the precious metal in North-Western Europe, but this time in the Iron Age.

Since her early years of graduate studies, Marilou Nordez has thus progressed on a trajectory that has led her to become one of the leading experts on protohistoric exchange networks in the far west of the Old World. Let us wish her to be able to continue along this path, which is perfectly in line with the work of Joseph Déchelette. For the time being, she intends to make priority use of the endowment and invitations offered to it by various partner institutions of the prize to perfect its documentation on the Bronze Age and Iron Age jewelry of the Atlantic coast.

  • Un prix de 10 000 euros

Le prix est doté d’une enveloppe de 10.000 € se répartissant ainsi : l’association Joseph-Déchelette pour 3.000 €, le Ministère de la Culture et de la Communication pour 5.000 € et  le Römisch-germanisches Zentralmuseum (RGZM, Mayence) pour 2.000 €.

S’y ajoutent plusieurs gratifications en nature sous la forme de séjours de recherche dans des institutions européennes – musée d’Archéologie nationale, RGZM, Laténium (Suisse), Bibracte, sans oublier la bibliothèque du musée d’archéologie et de beaux-arts Joseph-Déchelette, d’une exceptionnelle richesse.

  • A prize of 10,000 euros

The prize is endowed with €10,000, distributed as follows: the Joseph-Déchelette association for €3,000, the French Ministry of Culture and Communication for €5,000 and the Römisch-germanisches Zentralmuseum (RGZM, Mainz) for €2,000.

In addition, there are also a number of in-kind rewards in the form of research stays in European institutions – the Musée d’Archéologie nationale (F), RGZM, Laténium (CH), Bibracte (F), not forgetting the library of the exceptionally rich Joseph-Déchelette Museum of Archaeology and Fine Arts.

  • La remise du prix

Le prix est traditionnellement remis au lauréat par le président de l’association Joseph-Déchelette lors des Journées européennes de l’Archéologie dans l’enceinte de la bibliothèque du musée d’archéologie et de beaux-arts Joseph-Déchelette. Le musée, installé au cœur de Roanne, fut la résidence du savant, avant que sa veuve ne lègue le bâtiment et la bibliothèque à la Ville.   

En raison des conditions sanitaires exceptionnelles de ce printemps, la cérémonie a été repoussée à l’automne.

  • The prize ceremony

The prize is traditionally presented to the winner by the President of the Joseph-Déchelette Association during the European Archaeology Days in the library of the Joseph-Déchelette Museum of Archaeology and Fine Arts. The museum, located in the heart of Roanne, was the scholar’s residence before his widow bequeathed the building and the library to the City.  

Due to the exceptional sanitary conditions this spring, the ceremony is postponed to the autumn.

  • La finalité du prix

Le Prix européen d’Archéologie Joseph-Déchelette a l’ambition de combler un manque : de tels prix sont en effet très rares dans cette discipline scientifique. Ses critères d’attribution comprennent les valeurs qui distinguèrent Joseph Déchelette : ouverture d’esprit, dimension européenne de la réflexion, rigueur intellectuelle, sens pratique. Il se veut largement ouvert à la communauté archéologique internationale. Il concerne les jeunes chercheurs ayant soutenu leur thèse de doctorat depuis moins de deux ans, sur un sujet concernant la Protohistoire européenne (âges des métaux). Afin de ne pas établir de restriction sur la langue de rédaction de la thèse, il est demandé aux candidats d’en fournir un résumé en français ou en anglais, ainsi que des perspectives de travail pour l’année suivant l’attribution du prix.

  • The purpose of the prize

The European Joseph Déchelette Prize for Archaeology has the ambition to fill a gap: such prizes are indeed very rare in this scientific discipline. Its award criteria include the values that distinguished Joseph Déchelette: open-mindedness, European dimension of reflection, intellectual rigour, practical sense. It is intended to be widely open to the international archaeological community. It concerns young researchers who have defended their doctoral thesis for less than two years, on a subject concerning European Protohistory (ages of metals). In order not to establish any restriction on the language in which the thesis is written, candidates are asked to provide a summary in French or English, as well as work prospects for the year following the award of the prize.

  • Les partenariats

Pour cette troisième édition (la prochaine étant prévue en 2022) l’association Joseph-Déchelette a bénéficié de partenariats avec différentes institutions françaises et européennes :  

  • le ministère de la Culture / direction générale des Patrimoines
  • la ville de Roanne / musée d’archéologie et de beaux-arts Joseph-Déchelette
  • le musée d’Archéologie nationale ( MAN)
  • le Römisch-germanisches Zentralmuseum, Leibniz-Forschungsinstitut für Archäologie (RGZM), Mayence
  • le Laténium, parc et musée d’archéologie, institution de la République et Canton de Neuchâtel (en association avec la fondation Maison Borel)
  • l’association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze (APRAB)
  • l’association française pour l’étude de l’âge du Fer (AFEAF)
  • la Société préhistorique française (SPF)
  • la Prehistoric Society, Londres
  • l’European Association of Archaeologists, Prague

ainsi que Bibracte EPCC / Centre archéologique européen, qui a assuré le secrétariat du prix.

  • Partnerships

For this third edition (the next one is planned for 2022) the Joseph-Déchelette association has benefited from partnerships with various French and European institutions:  

  • the French Ministry of Culture / General Directorate of Heritage
  • the town of Roanne / Joseph-Déchelette museum of archaeology and fine arts (F)
  • the Musée d’Archéologie nationale, St-Germain-en-Laye (F)
  • the Römisch-germanisches Zentralmuseum (RGZM), Leibniz-Forschungsinstitut für Archäologie, Mainz (D)
  • the Laténium, park and museum of archaeology, institution of the Republic and Canton of Neuchâtel (in association with the Maison Borel foundation) (CH)
  • the French Association for the Promotion of Bronze Age Research (APRAB)
  • the French Association for the Study of the Iron Age (AFEAF)
  • the Prehistoric Society, London
  • the European Association of Archaeologists, Prague (CZ)

as well as Bibracte EPCC / European Archaeological Centre (F), which provided the secretariat for the prize.

  • Le jury

Le jury, placé sous la présidence de Mme Anne-Marie Adam, professeur émérite de l’université de Strasbourg et présidente du Conseil scientifique de Bibracte, comprenait les personnalités suivantes :

  • Philippe Barral, professeur à l’université de Franche-Comté, président de l’association française pour l’étude de l’âge du Fer (AFEAF), représentant celle-ci
  • Gilles Déchelette, président de l’association Joseph Déchelette, représentant celle-ci
  • François Fichet de Clairfontaine, inspecteur général de l’architecture et du patrimoine, représentant le ministère de la Culture
  • Melanie Giles, senior lecturer à l’université de Manchester, vice-présidente de la Prehistoric Society, représentant celle-ci
  • José Gomez de Soto, directeur de recherches émérite au CNRS, représentant la Société préhistorique française
  • Marc-Antoine Kaeser, professeur titulaire à l’université de Neuchâtel, directeur du Laténium, représentant celui-ci
  • Claude Mordant, professeur émérite à l’université de Bourgogne, président de l’association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze (APRAB), représentant celle-ci
  • Sandra Pere-Nogues, maître de conférences à l’université Jean-Jaurès – Toulouse, personnalité qualifiée
  • Michel Reddé, directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes, Paris, personnalité qualifiée
  • Daniel Roger, adjoint au directeur, responsable de la politique scientifique, représentant le musée d’Archéologie nationale
  • Martin Schönfelder, chercheur au Römisch-Germanisches Zentralmuseum (RGZM), représentant Alexandra W. Busch, directrice générale
  • Vincent Guichard, directeur général et directeur scientifique de Bibracte, secrétaire du jury (sans voix délibérative)
  • The jury

The jury, chaired by Anne-Marie Adam, Professor Emeritus of the University of Strasbourg and President of the Scientific Council of Bibracte, included the following personalities:

  • Philippe Barral, Professor at the University of Franche-Comté, President of the French Association for the Study of the Iron Age (AFEAF), representing the latter.
  • Gilles Déchelette, President of the association Joseph Déchelette, representing the latter
  • François Fichet de Clairfontaine, Inspector General of Architecture and Heritage, representing the French Ministry of Culture
  • Melanie Giles, senior lecturer at the University of Manchester, Vice-President of the Prehistoric Society, representing the Prehistoric Society.
  • José Gomez de Soto, Emeritus Research Director at the CNRS, representing the French Prehistoric Society
  • Marc-Antoine Kaeser, Professor at the University of Neuchâtel, Director of the Laténium, representing the latter
  • Claude Mordant, Professor Emeritus at the Université de Bourgogne – Dijon, President of the French Association for the Promotion of Research on the Bronze Age (APRAB), representing the latter
  • Sandra Pere-Nogues, lecturer at the Université Jean-Jaurès – Toulouse, qualified personality
  • Michel Reddé, director of studies at the Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris, qualified personality
  • Daniel Roger, Assistant to the Director, in charge of scientific policy, representing the Musée d’Archéologie nationale
  • Martin Schönfelder, researcher at the Römisch-Germanisches Zentralmuseum (RGZM), representing Alexandra W. Busch, General Director of the RGZM.
  • Vincent Guichard, Managing Director and Scientific Director of Bibracte, Secretary of the Jury (without voting rights)

Remise du 2e Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette

Mis en avant

Le vendredi 15 juin, jour du lancement des Journées nationales de l’Archéologie 2018, a été choisi pour décerner le 2e Prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette, à la lauréate Sasja van der Vaart-Verschoof, docteur de l’université de Leyde (Pays-Bas).

Le prix créé en 2016 et remis tous les deux ans vise à mettre en avant les travaux d’un jeune archéologue, en le soutenant au moment critique de la carrière de tout chercheur qui est celui qui suit la soutenance de sa thèse de doctorat. À l’issue d’un appel à candidatures lancé à l’automne 2017, le jury réuni le 25 avril dernier a dû départager trente-six candidats émanant de dix pays

Le jury a décidé à l’unanimité de décerner le prix Sasja van der Vaart-Verschoof, docteur de l’université de Leyde, avec l’appréciation suivante :
La thèse de Sasja van der Vaart-Verschoof, soutenue en 2017 à l’Universiteit Leiden (Pays-Bas) et déjà publiée, renouvelle l’étude des débuts de l’âge du Fer (IXe – VIIe siècles avant notre ère) en proposant une analyse originale des rituels funéraires de l’élite qui apparaît à cette période sur une vaste portion du territoire européen (le domaine dit «hallstattien» et ses marges). Menée dans une perspective résolument européenne, cette recherche montre que l’émergence de l’élite s’appuie sur des relations régulières à l’échelle inter-régionale. Avec le soutien du prix, Sasja van der Vaart-Verschoof se propose d’élargir son enquête dans une approche pluridisciplinaire afin de préciser la nature des liens entre les membres de cette aristocratie qui imprime une vitalité nouvelle aux régions concernées en orientant durablement leur développement socio-économique.

La lauréate s’est vu remettre un chèque de 10.000 €, émanant de l’association Joseph-Déchelette, fondatrice du prix, et de plusieurs de ses partenaires : le ministère de la Culture associé à Bibracte et le Römisch-germanisches Zentralmuseum (Mayence). D’autres partenaires du prix gratifient la lauréate de séjours de recherche dans leurs locaux.

Télécharger le communiqué de presse au format PDF

Sasja van der Vaart-Verschoof est une jeune universitaire néerlando-américaine âgée de 31 ans qui a récemment obtenu son doctorat à la Faculté d’archéologie de l’Université de Leyde, avec un mémoire sur les sépultures de l’élite du début de l’âge du fer des Pays-Bas (cliché : Bibracte/A.Maillier 2018).

Appel à candidatures pour le troisième Prix européen d’archéologie Joseph Déchelette

L’appel à candidatures pour le troisième Prix européen d’archéologie Joseph Déchelette est lancé : la date limite de réception des candidatures est le 1er mars 2020.  Ce prix concerne les chercheurs qui ont soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019.

Call for applications for the third Joseph Déchelette European Archaeology Prize

The call for applications for the third Joseph Déchelette European Archaeology Prize has been launched: the deadline for receipt of applications is 1 March 2020.  This prize is open to researchers who defended their thesis between 1 January 2017 and 31 December 2019.

Prix européen d’archéologie Joseph Déchelette – APPEL À CANDIDATURES

Joseph Déchelette European Archaeology Prize – CALL FOR APPLICATIONS

Europäischer Archäologiepreis Joseph Déchelette – AUSSCHREIBUNG

Parution de « La construction d’une archéologie européenne (1865-1914). Colloque en hommage à Joseph Déchelette »

Cet ouvrage, sous la direction de S. Péré-Noguès, réunit les communications présentées lors du colloque « La construction d’une archéologie européenne (1865-1914) », colloque qui s’est tenu à Roanne pour commémorer le centenaire de la disparition de Joseph Déchelette, dont l’oeuvre majeure, le Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, a largement contribué à l’essor de la protohistoire. Toutes ces études visent à comprendre comment s’est construite et affirmée une archéologie protohistorique en Europe à travers ses cadres institutionnels, ses enjeux scientifiques et politiques, ainsi que ses réseaux d’érudits et de savants. Elles sont aussi une synthèse des multiples travaux réalisés dans le cadre du PCR « Archives et correspondance de Joseph Déchelette ».

Introduction (Sandra Péré-Noguès)

L’émergence d’une archéologie protohistorique en France et en Europe

La Province savante et les Antiquités nationales. Droit d’inventaire (Serge Lewuillon †)

La Commission de Topographie des Gaules. Une actrice du mouvement de légitimation scientifique des études préhistoriques (Arnaud Hurel)

Joseph Déchelette, le Musée des Antiquités nationales et la naissance de l’archéologie gauloise (Laurent Olivier)

Le Ve Congrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistoriques de Bologne en 1871 et l’origine controversée de l’archéologie gauloise en Italie (Thierry Lejars)

La collection Chierici (musée d’Archéologie nationale-domaine national de Saint-Germain-en-Laye) : échanges et réflexions scientifiques autour de l’âge du Fer et d’un « pur » âge du Bronze en Italie (Veronica Cicolani)

La Tène, ou la construction d’un site éponyme (Marc-Antoine Kaeser)

Les enjeux scientifiques de l’archéologie protohistorique 

La construcción de la protohistoria española (1861-1932) y la obra de Joseph Déchelette (Gonzalo Ruiz Zapatero)

Qu’est-ce que nous connaissons de la société des oppida ? Réflexions sociologiques et philosophiques sur l’architecture de Bibracte (Sabine Rieckhoff)

The naming of ‘Celtic Art’ (John Collis)

Les peuples protohistoriques, entre autochtonie et migrations : de l’empire ligure de Camille Jullian à la « civilisation celtique » de Joseph Déchelette (Réjane Roure et Gilbert Kaenel)

Une vie savante européenne à l’épreuve de la guerre

Le tissu scientifique à l’épreuve de la Grande Guerre : le cas des réseaux de correspondance de Franz Cumont (Corinne Bonnet)

Les réseaux d’Emile Espérandieu et la guerre de 1914-1918 (Marianne Altit-Morvillez)

Maudite guerre ou discipline maudite? Mythe et réelles origines de l’éclipse de l’archéologie protohistorique française au début du XXe siècle (Pierre-Yves Milcent)


« Monnaie, monnaies ! » Exposition au musée de Bibratce

15 JUIN > 11 NOVEMBRE 2018

De métal, de papier et même virtuelle, la monnaie est l’instrument devenu indispensable pour les échanges marchands qui rythment notre quotidien. Mais quelle est son origine ?

L’exposition « Monnaie, monnaies ! » propose de s’immerger dans l’épopée dans ce petit objet qui a tant à dire !

Adaptée de l’exposition proposée par le musée cantonal d’archéologie et d’histoire et le musée monétaire cantonal de Lausanne (Suisse) en 2017, l’exposition « Monnaie, monnaies ! » propose de s’immerger dans l’épopée de ce petit objet qui a tant à dire.

Catalogue des Monnaies Celtiques, 2, Les monnaies à la croix

Publication récente d’Eneko Hiriart (IRAMAT-CRP2A) : Catalogue des Monnaies Celtiques, 2, Les monnaies à la croix, Bibliothèque nationale de France, Paris, 356 p. (2017)

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOROC (CNRS-ENS, UMR 8546).

Le catalogue des monnaies à la croix est le deuxième volume du CMC. Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Reconnaissable à la présence systématique d’une croix au revers, ces monnaies (émises par différents peuples sur près de deux cents ans) sont d’une grande diversité. L’auteur recense ici 1202 monnaies de musées (cataloguées, décrites et photographiées), près de 3000 découvertes isolées et 79 trésors, répartis en 425 classes monétaires. Chacune de ces classes est illustrée par des dessins aidant à l’identification des exemplaires. Ce travail iconographique est inédit et vise à favoriser l’émergence de nouvelles études. Précédant le catalogue, une synthèse, riche de nombreux graphiques, photographies et cartes de répartition, présente les monnayages à la croix à travers une approche pluridisciplinaire associant données typologiques, métrologiques, historiques et surtout archéologiques. Il s’agit d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

Le catalogue des monnaies celtiques (CMC) est né de la volonté de procéder à un nouveau traitement des collections du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et au récolement des collections du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Cette série, qui se substituera progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet, a pour objectif, par la mise à disposition des deux fonds nationaux les plus importants en France, de constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes. Des exemplaires extraits d’autres collections publiques pourront venir compléter les manques éventuels. Chaque volume comportera une présentation de l’état de la recherche.

Référence : Hiriart, E. (2017) : Catalogue des Monnaies Celtiques, 2, Les monnaies à la croix, Bibliothèque nationale de France, Paris, 356 p.

Documentaire : Le vrai visage des Gaulois

Science grand format de Philippe Tourancheau, 90min, diffusé sur France 5 le mar. 24.04.18 à 20h55 

 

Depuis deux décennies, archéologues et historiens s’emploient à montrer que l’opposition radicale entre des Romains civilisés et des Gaulois primitifs, martelée depuis des siècles, est totalement caduque. Loin d’être habitée par des sauvages hirsutes vivant au fond des bois, la Gaule, par son foisonnement d’activités agricoles, artisanales et presque industrielles comme ses mines, est au moins l’égale des pays voisins ou plus lointains que l’histoire a longtemps qualifié de brillantes civilisations.

 

Portrait de chercheur (labex LaScArBx)

Paru sur le site du LabEx LaScArBx (Université de Bordeaux) :

https://lascarbx.labex.u-bordeaux.fr/Actualites/2018/portrait-de-chercheur-Eneko-HIRIART-charge-de-recherche-CNRS-a-l-IRAMAT-CRP2A-i5691.html

PORTRAIT DE CHERCHEUR : ENEKO HIRIART, CHARGÉ DE RECHERCHE CNRS À L’IRAMAT-CRP2A

portrait de chercheur : Eneko HIRIART, chargé de recherche CNRS à l'IRAMAT-CRP2A

Eneko HIRIART est archéologue et numismate. Il s’intéresse aux monnaies anciennes et aux sociétés de l’Europe celtique.

En 2014, Eneko HIRIART obtient un doctorat à l’Université Bordeaux Montaigne en étudiant les pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (Ve-Iers. avant J.C) au sein du laboratoire AUSONIUS (sous la direction de Katherine GRUEL, directrice de recherche au CNRS, AOrOc-ENS Paris, et Francis TASSAUX, professeur d’archéologie et histoire romaine à l’Université Bordeaux Montaigne). Sa thèse est alors récompensée par le prix (et la médaille d’argent) de la Société Archéologique du Midi de la France.

Il décroche ensuite plusieurs contrats de recherche post-doctoraux (Ecole Normale Supérieure – Paris, Université Aix-Marseille, Casa de Velázquez – Madrid), se voit attribuer en 2016 le prix européen d’archéologie Joseph Déchelette, puis est recruté en qualité de Chargé de recherche au CNRS fin 2017.

C’est dans ce cadre qu’Eneko HIRIART a rejoint l’équipe de l’IRAMAT-CRP2A, l’un des centres les plus réputés en Europe pour la caractérisation des archéomatériaux, et qui est également l’une des 3 composantes du LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux.

Eneko HIRIART étudie la monnaie en tant qu’élément de compréhension des populations du passé (échanges, identités, influences…). Comment et pourquoi les monnaies apparaissent-elles ? Quels liens entre la monétarisation des échanges et l’apparition des premières villes d’Europe…? Autant de questions qui vont dorénavant occuper le jeune chercheur.

Imitation gauloise d’une drachme d’Emporion (IIIe s. a.C. ; BnF 2276)


En 2017, Eneko HIRIART publie le 2ème volume du Catalogue des monnaies celtiques, un ouvrage de référence de 356 pages sur les monnaies à la croix, l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

 

Le lauréat du Prix européen d’Archéologie au RGZM de Mayence

Ce mois de février, le Römisch-Germanischen Zentralmuseums (RGZM) de Mayence accueille le lauréat du Prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette pour un séjour de recherche. Le musée ouvre ses fonds à Eneko Hiriart afin qu’il y poursuive l’étude des collections de monnaies ibériques et celtiques.

Die hauseigene Sammlung des Römisch-Germanischen Zentralmuseums (RGZM) steht dem Preisträger des „Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette 2016“ offen: Zu weiteren Forschungszwecken erhält der Archäologe Dr. Eneko Hiriart Einblicke in die umfangreiche keltische Münzsammlung des RGZM.

http://web.rgzm.de/ueber-uns/presse/pressemitteilungen/pm/article/preistraeger-des-prix-europeen-darcheologie-joseph-dechelette-2016-zu-forschungszwecken-im-roemisch/

12e journée de Protohistoire celtique de l’ENS

12e journée de Protohistoire celtique de l’ENS, consacrée à l’Évolution des structures sociales et politiques, de l’âge du Bronze à La Tène finale, approches archéologiques, littéraires, historiques.

Avec la participation de : Manuel Fernandez-Götz, Sophie Krausz, Eneko Hiriart, Alexis Gorgues, Réjane Roure et Lionel Pernet

 

https://www.ens.fr/agenda/12e-journee-de-protohistoire-celtique-de-l-ens-aoroc/2017-05-19t070000

 

Intervention de Eneko HIRIART (Post-doctorat, Casa de Velazquez) : Les agglomérations artisanales d’Europe : l’émergence d’une monétarisation des échanges dès le IIIe s. av. J.-C. ?

 

« Villes : dans l’oeil des Archéologues » – Journées nationales de l’Archéologie 2017

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Archéologie 2017, l’association Grottes&Archéologie organise, au Quai des Savoirs de Toulouse, une rencontre-débat autour de l’histoire des villes.

« Villes : Dans l’œil des archéologues », avec : François Briois, Béatrix Midant-Reynes, Eneko Hiriart et Matthieu Soler.

JNA 2017

« Un voyage à travers le temps et l’espace avec quatre archéologues, spécialistes du fait urbain. De la Chypre néolithique aux cités pharaoniques, des capitales gauloises aux forums romains que savons-nous de l’histoire des villes ? Quelles sont les spécificités de l’archéologie urbaine ? Quelles traces indélébiles laissent-elles dans nos villes d’aujourd’hui ? » 

« Les archéologues face à la monnaie », journée Archéopages (Inrap – ENS)

Journée d’étude interdisciplinaire co-organisée par l’Inrap et l’UMR AOrOC (ENS) à l’occasion des 10 ans d’existence d’Archéopages. Cette journée a été conçue comme un moment d’échanges et de réflexion, dans l’esprit des débats de la revue.

http://www.inrap.fr/les-archeologues-face-l-economie-12639

SESSION 3 : FORMES ET INSTRUMENTS DES ÉCHANGES

Responsable de la session : Patrick Pion (Inrap, PréTech)
​Intervenants : Thibault Cardon (EHESS, CRH), Eneko Hiriart (Casa de Velazquez), Pierre Séjalon (Inrap, ASM)

La session sur la valeur aura contribué à montrer que, plutôt que des oppositions tranchées entre grands systèmes (économies centralisées redistributives, économies de la réciprocité et du don, économies marchandes), on préfère aujourd’hui s’attacher aux coexistences, aux contextes à grande échelle, aux relations personnelles et institutionnelles qui entrent en jeu dans la production et les transferts de biens. Nombre de travaux récents explorent en parallèle la diversité de nature et de fonction de la monnaie dans ses formes les plus diverses, des coquillages aux lettres de change. La monnaie frappée métallique n’est pas une invention ex nihilo et une nouveauté radicale ; si elle marque une évolution, c’est du point de vue de la garantie étatique, et de ce seul point de vue. Divers objets ont pu tenir lieu, tour à tour ou selon les milieux et les contextes, de moyen de paiement, échelle de valeur et objet de stockage de la richesse. Des objets naturels (coquillages), des produits courants (céréales), des objets de métal non frappé (barres, haches, torques) servirent de monnaie, parfois en même temps que des pièces frappées qui elles pouvaient être pesées, coupées, testées de diverses manières. On s’interroge ici sur la signification que peut revêtir cette diversité, en rapport notamment avec l’existence de sphères d’échange diversifiées.

Salle des Actes
École normale supérieure 45 rue d’Ulm
75005 Paris

Entretien avec Eneko Hiriart, prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette

Le carnet « Actualité des études anciennes » de la REA (Revue des Études Anciennes) publie un long entretien avec Eneko Hiriart, lauréat du prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette.

Vous pouvez consulter l’intégralité de cet entretien en cliquant sur le lien suivant :

Prix Joseph Déchelette. Entretien avec Eneko Hiriart