« Monnaie, monnaies ! » Exposition au musée de Bibratce

15 JUIN > 11 NOVEMBRE 2018

De métal, de papier et même virtuelle, la monnaie est l’instrument devenu indispensable pour les échanges marchands qui rythment notre quotidien. Mais quelle est son origine ?

L’exposition « Monnaie, monnaies ! » propose de s’immerger dans l’épopée dans ce petit objet qui a tant à dire !

Adaptée de l’exposition proposée par le musée cantonal d’archéologie et d’histoire et le musée monétaire cantonal de Lausanne (Suisse) en 2017, l’exposition « Monnaie, monnaies ! » propose de s’immerger dans l’épopée de ce petit objet qui a tant à dire.

Catalogue des Monnaies Celtiques, 2, Les monnaies à la croix

Publication récente d’Eneko Hiriart (IRAMAT-CRP2A) : Catalogue des Monnaies Celtiques, 2, Les monnaies à la croix, Bibliothèque nationale de France, Paris, 356 p. (2017)

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOROC (CNRS-ENS, UMR 8546).

Le catalogue des monnaies à la croix est le deuxième volume du CMC. Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Reconnaissable à la présence systématique d’une croix au revers, ces monnaies (émises par différents peuples sur près de deux cents ans) sont d’une grande diversité. L’auteur recense ici 1202 monnaies de musées (cataloguées, décrites et photographiées), près de 3000 découvertes isolées et 79 trésors, répartis en 425 classes monétaires. Chacune de ces classes est illustrée par des dessins aidant à l’identification des exemplaires. Ce travail iconographique est inédit et vise à favoriser l’émergence de nouvelles études. Précédant le catalogue, une synthèse, riche de nombreux graphiques, photographies et cartes de répartition, présente les monnayages à la croix à travers une approche pluridisciplinaire associant données typologiques, métrologiques, historiques et surtout archéologiques. Il s’agit d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

Le catalogue des monnaies celtiques (CMC) est né de la volonté de procéder à un nouveau traitement des collections du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et au récolement des collections du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Cette série, qui se substituera progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet, a pour objectif, par la mise à disposition des deux fonds nationaux les plus importants en France, de constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes. Des exemplaires extraits d’autres collections publiques pourront venir compléter les manques éventuels. Chaque volume comportera une présentation de l’état de la recherche.

Référence : Hiriart, E. (2017) : Catalogue des Monnaies Celtiques, 2, Les monnaies à la croix, Bibliothèque nationale de France, Paris, 356 p.

Documentaire : Le vrai visage des Gaulois

Science grand format de Philippe Tourancheau, 90min, diffusé sur France 5 le mar. 24.04.18 à 20h55 

 

Depuis deux décennies, archéologues et historiens s’emploient à montrer que l’opposition radicale entre des Romains civilisés et des Gaulois primitifs, martelée depuis des siècles, est totalement caduque. Loin d’être habitée par des sauvages hirsutes vivant au fond des bois, la Gaule, par son foisonnement d’activités agricoles, artisanales et presque industrielles comme ses mines, est au moins l’égale des pays voisins ou plus lointains que l’histoire a longtemps qualifié de brillantes civilisations.

 

Portrait de chercheur (labex LaScArBx)

Paru sur le site du LabEx LaScArBx (Université de Bordeaux) :

https://lascarbx.labex.u-bordeaux.fr/Actualites/2018/portrait-de-chercheur-Eneko-HIRIART-charge-de-recherche-CNRS-a-l-IRAMAT-CRP2A-i5691.html

PORTRAIT DE CHERCHEUR : ENEKO HIRIART, CHARGÉ DE RECHERCHE CNRS À L’IRAMAT-CRP2A

portrait de chercheur : Eneko HIRIART, chargé de recherche CNRS à l'IRAMAT-CRP2A

Eneko HIRIART est archéologue et numismate. Il s’intéresse aux monnaies anciennes et aux sociétés de l’Europe celtique.

En 2014, Eneko HIRIART obtient un doctorat à l’Université Bordeaux Montaigne en étudiant les pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (Ve-Iers. avant J.C) au sein du laboratoire AUSONIUS (sous la direction de Katherine GRUEL, directrice de recherche au CNRS, AOrOc-ENS Paris, et Francis TASSAUX, professeur d’archéologie et histoire romaine à l’Université Bordeaux Montaigne). Sa thèse est alors récompensée par le prix (et la médaille d’argent) de la Société Archéologique du Midi de la France.

Il décroche ensuite plusieurs contrats de recherche post-doctoraux (Ecole Normale Supérieure – Paris, Université Aix-Marseille, Casa de Velázquez – Madrid), se voit attribuer en 2016 le prix européen d’archéologie Joseph Déchelette, puis est recruté en qualité de Chargé de recherche au CNRS fin 2017.

C’est dans ce cadre qu’Eneko HIRIART a rejoint l’équipe de l’IRAMAT-CRP2A, l’un des centres les plus réputés en Europe pour la caractérisation des archéomatériaux, et qui est également l’une des 3 composantes du LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux.

Eneko HIRIART étudie la monnaie en tant qu’élément de compréhension des populations du passé (échanges, identités, influences…). Comment et pourquoi les monnaies apparaissent-elles ? Quels liens entre la monétarisation des échanges et l’apparition des premières villes d’Europe…? Autant de questions qui vont dorénavant occuper le jeune chercheur.

Imitation gauloise d’une drachme d’Emporion (IIIe s. a.C. ; BnF 2276)


En 2017, Eneko HIRIART publie le 2ème volume du Catalogue des monnaies celtiques, un ouvrage de référence de 356 pages sur les monnaies à la croix, l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

 

Le lauréat du Prix européen d’Archéologie au RGZM de Mayence

Ce mois de février, le Römisch-Germanischen Zentralmuseums (RGZM) de Mayence accueille le lauréat du Prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette pour un séjour de recherche. Le musée ouvre ses fonds à Eneko Hiriart afin qu’il y poursuive l’étude des collections de monnaies ibériques et celtiques.

Die hauseigene Sammlung des Römisch-Germanischen Zentralmuseums (RGZM) steht dem Preisträger des „Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette 2016“ offen: Zu weiteren Forschungszwecken erhält der Archäologe Dr. Eneko Hiriart Einblicke in die umfangreiche keltische Münzsammlung des RGZM.

http://web.rgzm.de/ueber-uns/presse/pressemitteilungen/pm/article/preistraeger-des-prix-europeen-darcheologie-joseph-dechelette-2016-zu-forschungszwecken-im-roemisch/

12e journée de Protohistoire celtique de l’ENS

12e journée de Protohistoire celtique de l’ENS, consacrée à l’Évolution des structures sociales et politiques, de l’âge du Bronze à La Tène finale, approches archéologiques, littéraires, historiques.

Avec la participation de : Manuel Fernandez-Götz, Sophie Krausz, Eneko Hiriart, Alexis Gorgues, Réjane Roure et Lionel Pernet

 

https://www.ens.fr/agenda/12e-journee-de-protohistoire-celtique-de-l-ens-aoroc/2017-05-19t070000

 

Intervention de Eneko HIRIART (Post-doctorat, Casa de Velazquez) : Les agglomérations artisanales d’Europe : l’émergence d’une monétarisation des échanges dès le IIIe s. av. J.-C. ?

 

« Villes : dans l’oeil des Archéologues » – Journées nationales de l’Archéologie 2017

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Archéologie 2017, l’association Grottes&Archéologie organise, au Quai des Savoirs de Toulouse, une rencontre-débat autour de l’histoire des villes.

« Villes : Dans l’œil des archéologues », avec : François Briois, Béatrix Midant-Reynes, Eneko Hiriart et Matthieu Soler.

JNA 2017

« Un voyage à travers le temps et l’espace avec quatre archéologues, spécialistes du fait urbain. De la Chypre néolithique aux cités pharaoniques, des capitales gauloises aux forums romains que savons-nous de l’histoire des villes ? Quelles sont les spécificités de l’archéologie urbaine ? Quelles traces indélébiles laissent-elles dans nos villes d’aujourd’hui ? » 

« Les archéologues face à la monnaie », journée Archéopages (Inrap – ENS)

Journée d’étude interdisciplinaire co-organisée par l’Inrap et l’UMR AOrOC (ENS) à l’occasion des 10 ans d’existence d’Archéopages. Cette journée a été conçue comme un moment d’échanges et de réflexion, dans l’esprit des débats de la revue.

http://www.inrap.fr/les-archeologues-face-l-economie-12639

SESSION 3 : FORMES ET INSTRUMENTS DES ÉCHANGES

Responsable de la session : Patrick Pion (Inrap, PréTech)
​Intervenants : Thibault Cardon (EHESS, CRH), Eneko Hiriart (Casa de Velazquez), Pierre Séjalon (Inrap, ASM)

La session sur la valeur aura contribué à montrer que, plutôt que des oppositions tranchées entre grands systèmes (économies centralisées redistributives, économies de la réciprocité et du don, économies marchandes), on préfère aujourd’hui s’attacher aux coexistences, aux contextes à grande échelle, aux relations personnelles et institutionnelles qui entrent en jeu dans la production et les transferts de biens. Nombre de travaux récents explorent en parallèle la diversité de nature et de fonction de la monnaie dans ses formes les plus diverses, des coquillages aux lettres de change. La monnaie frappée métallique n’est pas une invention ex nihilo et une nouveauté radicale ; si elle marque une évolution, c’est du point de vue de la garantie étatique, et de ce seul point de vue. Divers objets ont pu tenir lieu, tour à tour ou selon les milieux et les contextes, de moyen de paiement, échelle de valeur et objet de stockage de la richesse. Des objets naturels (coquillages), des produits courants (céréales), des objets de métal non frappé (barres, haches, torques) servirent de monnaie, parfois en même temps que des pièces frappées qui elles pouvaient être pesées, coupées, testées de diverses manières. On s’interroge ici sur la signification que peut revêtir cette diversité, en rapport notamment avec l’existence de sphères d’échange diversifiées.

Salle des Actes
École normale supérieure 45 rue d’Ulm
75005 Paris

Entretien avec Eneko Hiriart, prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette

Le carnet « Actualité des études anciennes » de la REA (Revue des Études Anciennes) publie un long entretien avec Eneko Hiriart, lauréat du prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette.

Vous pouvez consulter l’intégralité de cet entretien en cliquant sur le lien suivant :

Prix Joseph Déchelette. Entretien avec Eneko Hiriart

Remise du premier prix européen d’archéologie Joseph Déchelette

Le vendredi 17 juin, jour du lancement des Journées nationales de l’Archéologie 2016, a été choisi pour décerner le nouveau Prix européen d’Archéologie Joseph DécheletteCe prix vise à mettre en avant les travaux d’un jeune archéologue, en le soutenant au moment critique de la carrière de tout chercheur qui est celui qui suit la soutenance de sa thèse de doctorat. À l’issue d’un appel à candidatures mené à l’automne 2015, le jury réuni le 26 avril dernier a dû départager vingt-sept candidats émanant de huit pays.

 Le jury a décidé à l’unanimité de décerner le prix 2016 à Eneko Hiriart, docteur de l’université Bordeaux Montaigne (laboratoire Ausonius). Au-delà de la qualité de la thèse du lauréat, soutenue en 2014, le jury a retenu le caractère ambitieux et réaliste de son projet de recherche, qui renouvelle la compréhension de l’émergence de la monnaie dans l’Europe protohistorique, dans une approche archéologique systémique qui dépasse largement l’approche numismatique traditionnelle et contribue à nourrir les réflexions actuellement en cours sur les premières formes urbaines dans le monde celtique. Le lauréat a reçu vendredi 17 juin une gratification de 10.000 € en présence de différentes autorités : Yves Nicolin, député-maire de Roanne, Benoît Kaplan, sous-directeur de l’archéologie au ministère de la Culture et de la Communication, Gilles Déchelette, président de l’association Joseph-Déchelette, et de nombreux représentants de la communauté archéologique.

Télécharger le communiqué de presse au format PDF

L’archéologue Eneko Hiriart, lauréat du premier prix européen d’archéologie Joseph Déchelette, reçoit le diplôme du prix des mains de M. Gilles Déchelette, président de l’association Joseph-­‐Déchelette, sous le regard de M. Allard Mees, chercheur au musée romain-­‐Germanique de Mayence (Allemagne). La cérémonie s’est tenue le 17 juin 2016 dans les murs de la bibliothèque du savant disparu en 1914, attenante au musée Joseph Déchelette, à Roanne (Loire). (cliché Antoine Maillier, ©Bibracte 2016)

L’archéologue Eneko Hiriart, lauréat du premier prix européen d’archéologie Joseph Déchelette, reçoit le diplôme du prix des mains de M. Gilles Déchelette, président de l’association Joseph Déchelette, sous le regard de M. Allard Mees, chercheur au musée romain ­Germanique de Mayence (Allemagne). La cérémonie s’est tenue le 17 juin 2016 dans les murs de la bibliothèque du savant disparu en 1914, attenante au musée Joseph Déchelette, à Roanne (Loire).
(cliché Antoine Maillier, ©Bibracte 2016)

Prix européen d’archéologie Joseph Déchelette

Archéologue de renom international, Joseph Déchelette (1862-1914) fut notamment un des fondateurs de l’archéologie protohistorique européenne. Créée en 2010 à l’initiative de son petit neveu Édouard Déchelette(†), l’Association Déchelette souhaite entretenir la mémoire de ce grand savant et promouvoir la discipline qu’il affectionnait. Pour cela, elle s’est associée à différents partenaires pour instituer un Prix Joseph Déchelette destiné à mettre en avant la recherche doctorale d’un jeune archéologue.

Les partenaires sont les suivants : le ministère de la culture et de la communication ; la ville de Roanne / musée Joseph-Déchelette, Roanne ; le Römisch-germanisches Zentralmuseum (RGZM) ; la société des amis du musée Joseph Déchelette et de la médiathèque de Roanne (A2MR) ; le Laténium, parc et musée d’archéologie, institution de la République et Canton de Neuchâtel, Suisse ; l’association pour les recherches sur l’âge du Bronze (APRAB) ; l’association française pour l’étude de l’âge du Fer (AFEAF) ; l’European Association of Archaeologists ; Bibracte EPCC.

Le prix se veut largement ouvert à la communauté archéologique européenne. Ses critères d’attribution comprennent les valeurs qui distinguèrent Joseph Déchelette : ouverture d’esprit, dimension européenne de la réflexion, rigueur intellectuelle, sens pratique.