Joseph Déchelette, père de la Protohistoire européenne

Né à Roanne en 1862, Joseph Déchelette mena de front ses recherches savantes avec sa carrière de capitaine d’industrie dans le textile. Après des travaux de jeunesse dans sa province natale du Forez, ce sont ses recherches sur la céramique gallo-romaine puis sur les sites fortifiés de la fin de l’âge du Fer (à partir des fouilles de l’oppidum de Bibracte, en Bourgogne) qui lui valurent la reconnaissance du monde savant à l‘échelle européenne. Son Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine resté inachevé, dont quatre volumes parurent à partir de 1908, assirent définitivement son rayonnement européen. Enrôlé à sa demande dans une unité combattante alors qu’il avait 52 ans, il tomba sur le front dès le 4 octobre 1914. La reconnaissance européenne du savant roannais s’exprima par les nombreux messages personnels et officiels de condoléances qui suivirent son décès. Même les autorités allemandes publièrent un communiqué à cette occasion, ce qui est probablement un fait unique dans les annales de la Grande Guerre. Son activité professionnelle déteignit de façon importante sur ses recherches savantes, contribuant à l’originalité de son regard au sein d’un monde académique habituellement plus replié sur ses chères études. En plus de sa capacité de synthèse exceptionnelle qui lui permit de véritablement inventer l’archéologie protohistorique, son expérience professionnelle avait en effet forgé sa conviction, originale dans le monde académique, « que la culture marche toujours sur les traces de l’économie et ne se maintient qu’au prix des échanges : par conséquent, il s’attachait à la nature des relations entre les hommes plutôt qu’à leur identité. » De cette façon, il se garda largement de l’interprétation « culturaliste » des données archéologiques et des dérives nationalistes qui avaient court à son époque.